La consommation passive de cannabis peut-elle générer un test de dépistage positif ?

15 mars 2010Carl (Admin) 5 réactions »

L’une des questions les plus fréquemment posée à propos du dépistage concerne la consommation passive de cannabis. Si je suis en contact avec des fumeurs de marijuana ou de haschich, serai-je positif à un test urinaire ou salivaire ?

Et bien, plusieurs études scientifiques ont déjà été menées sur le sujet depuis plus de 30 ans !

Qui se pose cette question ?

Pour une part, on retrouve des gens parfaitement honnêtes dans leur démarche. Ils sont non-fumeurs, mais sont amenés à passer du temps avec des consommateurs (un groupe d’amis, par exemple). Ils sont donc exposés à la fumée de cannabis. Pour leur travail ou leur permis de conduire, ils sont donc soucieux de savoir si un dépistage pourrait donner un faux positif par la simple inhalation de fumée.

Pour une autre part, en revanche, il s’agit de consommateurs actifs, qui anticipent un résultat positif lors d’un futur dépistage. Sachant à l’avance que ce contrôle sera positif, le jeu consiste alors pour eux à trouver de solides justifications scientifiques, afin de pouvoir invoquer une contamination passive devant un tribunal.

Les études scientifiques.

Depuis la fin des années 1970, pas moins de 9 études ont été menées sur le sujet.

Toutes ces études ont suivi un protocole plus ou moins similaire, basé sur une exposition en vase clos à la fumée de cannabis. Concrètement, plusieurs personnes fument du cannabis dans une pièce fermée et non aérée, tandis que des non-fumeurs inhalent cette fumée (exposition passive) durant plusieurs heures.

Les résultats semblent tous conduire aux mêmes conclusions.

Pour les tests urinaires:

Des tests urinaires de type GC/MS (chromatographie à phase gazeuse + spectrométrie de masse) ont été réalisés sur les sujets non-fumeurs, entre 6 et 24 heures après exposition. Les résultats attestent formellement que la plupart des échantillons d’urines étaient positifs au THC, à des taux variant de 6 à 20 ng/ml (nanogrammes par millilitres d’urine).

Il est donc clair que les non-fumeurs consomment passivement les substances cannabiques contenues dans l’air inhalé. Cela dit, les conditions d’expérimentation ont quand même été particulièrement poussées, et il est assez improbable dans les faits que des personnes passent plusieurs heures dans une pièce non aérée avec plusieurs joints fumés simultanément et de façon répétée. Assez rapidement, tout le monde ouvre les fenêtres pour renouveler l’air.

Si la contamination des fumeurs passifs est ainsi clairement avérée dans ces diverses études, elle ne semble portant pas générer de concentration urinaire en THC suffisante pour qu’un test soit positif. En effet, le seuil de dépistage international (y compris en France) du cannabis dans les urines est de 50 ng/ml. Les taux de 20 ng/ml relevés lors de ces expériences ne seraient donc pas assez conséquents pour donner un test urinaire positif. De plus, ces taux chutent extrêmement rapidement, ce qui réduit d’autant le risque de voir un faux positif. Pour information, le seuil international de 50 ng/ml a justement été fixé à ce niveau afin d’éviter les éventuels faux positifs dus à une exposition passive.

Pour les tests salivaires:

C’est une étude faîte en 2004 qui apporte la réponse. Le protocole reste le même. On a placé dans une pièce non ventilée de 36 m3 cinq fumeurs et quatre non-fumeurs. Chaque fumeur a consommé un joint complet de cannabis sur une durée d’environ 20 minutes. Chaque sujet a passé 4 heures dans la pièce. Des échantillons de salive ont été prélevés sur tous les participants. Les sujets passifs ont montrés des résultats positifs (de 3,6 à 26,4 ng/ml de salive) jusqu’à 30 minutes après le début de l’expérience, alors que les sujets actifs ont eu des résultats positifs jusqu’à la fin de l’expérience, c’est-à-dire après 4 heures.

Là aussi, on observe donc une contamination effective par la fumée de cannabis, ce qui parait normal, dans la mesure où celle-ci est saturée en Δ9-tetrahydrocannabinol (le THC pur, et non le métabolite). Cela dit, cette contamination perdure sur une durée très limitée (30 minutes), ce qui en pratique, devrait éviter les faux positifs au test salivaire. Ces faux positifs sont d’autant moins probables que les tests salivaires actuels ne dépistent pas le Δ9-tetrahydrocannabinol à des taux suffisamment bas (de 30 à 300 ng/ml selon les fabricants). Le risque est donc réduit à l’extrême.

Pour les tests sanguins:

Un mot sur la concentration sanguine. Des traces de THC y sont effectivement détectées pendant une courte période de temps, mais à des taux très bas, ce qui exclut une consommation active lors d’une analyse sanguine GC/MS.

Conclusion :

En définitive, les non-fumeurs n’ont pas de raisons concrètes de s’en faire, alors que les fumeurs testés positifs devront apparemment faire face à leurs responsabilités (surtout lors de contrôles routiers), car il leur sera quasiment impossible d’invoquer l’exposition passive au cannabis, lorsque leur test salivaire montrera un résultat positif au THC.

Sources :

  • 1977 : Zeidenberg P, Bourdon R, Nahas GG. : Marijuana intoxication by passive inhalation: documentation by detection of urinary metabolites. Am J Psychiatry; 134(1):76-7.
  • 1983 : Mason AP, Perez-Reyes M, McBay AJ, Foltz RL. : Cannabinoid concentrations in plasma after passive inhalation of marijuana smoke. J Anal Toxicol;7(4):172.
  • 1983 : Perez-Reyes M, Di Guiseppi S, Mason AP, Davis KH. : Passive inhalation of marihuana smoke and urinary excretion of cannabinoids. Clin Pharmacol Ther; 34(1):36-41.
  • 1984 : Law B, Mason PA, Moffat AC, King LJ, Marks V : Passive inhalation of cannabis smoke. J Pharm Pharmacol; 36(9):578-81.
  • 1985 : Morland J, Bugge A, Skuterud B, Steen A, Wethe GH, Kjeldsen T. : Cannabinoids in blood and urine after passive inhalation of Cannabis smoke. J Forensic Sci;30(4):997-1002.
  • 1987 : Magerl H, Wiegand C, Schulz E: Cannabinoid intake by passive smoking. Arch Kriminol ;179(1-2):31-7.
  • 1987 : Cone EJ, Johnson RE, Darwin WD, Yousefnejad D, Mell LD, Paul BD, Mitchell : Passive inhalation of marijuana smoke: urinalysis and room air levels of delta-9-tetrahydrocannabinol. J Anal Toxicol; 11(3):89-96.
  • 2001 : Skopp G, Potsch L. : Passive exposure in detection of low blood and urine cannabinoid concentrations. Arch Kriminol; 207(5-6):137-47.
  • 2004 : Sam Niedbala, Keith Kardos, Sal Salamone, Dean Fritch, Matth Bronsgeest, and Edward J. Cone. : Passive cannabis smoke exposure and Oral fluid testing. Journal of Analytical Toxicology, ISSN 0146-4760, Volume 28, Issue 6, October 2004, pp.546-552
  • Share/Bookmark

5 réactions sur ce sujet

  • De Majestik :

    Encore un excellent billet ! Dommage que vous n’en écriviez pas plus souvent, mais je suppose que la qualité vaut nettement mieux que la quantité.

  • De Platoch :

    Donc si je comprends bien: si je suis clean et que je conduis les fenêtres fermées mais que mon pote fume à côté de moi comme un pompier, il y a des chances que je puisse être positif au test salivaire si on se fait contrôler 15 minutes plus tard. Pas cool…

    La situation est tirée par les cheveux mais c’est possible. Faudrait vraiment pas avoir de bol mais comme je n’ai encore jamais gagné au loto, je me méfie…

  • De fleur-du-18 :

    Article tres intéressant! Beaucoup des mes amis fume et je me suis souvent demandé si ça pouvais me créer des problèmes.
    Au moins maintenant je sais qu’en gardant les fenetres ouvertes ou en permettant a l’air de circuler dans la piece, les risques seront tres limités

  • De Carl (Admin) :

    @Majectik : merci du compliment. Le problème, c’est que mon activité professionnelle me prend énormément de temps. Donc, j’écris quand je peux, sur des sujets qui m’interpellent et qui me semblent intéresser le plus possible de gens.

    @Platoch : effectivement, la probabilité pour que ce cas de figure précis se produise est très mince. Mais dans un pareil cas, on pourra tout aussi bien considérer que le conducteur subira les effets psychotropes du THC contenu dans la fumée qu’il inhale, même si c’est en quantité réduite. Donc, son aptitude à la conduite sera réduite, et donc, un test salivaire positif ne sera pas forcément « injuste ».

    @Fleur-du-18 : c’est à peu près ça. Le tout est de ne pas laisser la fumée stagner.

    Merci à tous pour vos réactions ;)

  • De Tirson :

    Sans compter que le cannabis passif est tout aussi dangereux pour la santé que le tabagisme passif à la cigarette.

    ça me parait quand même important de le souligner…

    @+


© 2009-2014 DEPISTAGE-DROGUE.com Tous droits réservés - All Rights Reserved